Contactez-nous
    Extranet Client

    Thibault Chevalleraud - Ingénieur avant-vente

    1 décembre 2021

    5 minutes

    Questions / Réponses avec Thibault Chevalleraud, Ingénieur avant-vente chez Interdata. Apprenez-en plus sur son parcours, sa journée type et ses conseils !

    TCH

    Pouvez-vous vous présenter et nous parler de votre parcours ?

    Originaire de Chartres, je suis venu sur Paris pour suivre des études. J’ai commencé par une année en DUT réseau-télécommunications avant de rejoindre Aéroports de Paris (ADP) pour un apprentissage de 5 ans. J’ai aussi suivi une licence pro et un master système, réseau et cloud computing à l’ESGI.

    À l’issue de mes études (il y a 5 ans), j’ai rejoint Interdata au poste d’ingénieur réseau. Petite anecdote : au moment de mon entretien, Interdata venait d’être sélectionné pour migrer le réseau d’ADP !

    En parallèle d’Interdata, j’enseigne en licence professionnelle depuis 7 ans (j’ai commencé lorsque je suis entré en master). Aujourd’hui, le focus de mes cours porte sur le développement réseau (Net devops). Je n’hésite d’ailleurs pas à m’appuyer sur des cas rencontrés chez Interdata.

    Pourquoi avoir choisi Interdata ?

    Grâce à mon apprentissage chez ADP, j’ai eu la chance de connaître des solutions différentes de Cisco, qui est largement enseigné à l’école aux dépens des autres constructeurs. Cela m’a permis de me démarquer en ne faisant pas que du Cisco mais d’autres constructeurs tout aussi efficaces et fiables.

    Quand je me renseignais, j’entendais toujours le nom d’Interdata sur la qualité des compétences techniques, sur le niveau d’expertise et sur la fidélité portée à ses constructeurs (Juniper Networks, Extreme Networks). Malgré les rachats de ces solutions, Interdata travaille toujours avec les mêmes constructeurs depuis de très nombreuses années.

    C’est ce qui m’a séduit pour rejoindre Interdata : la barre était haute et le challenge technique important.

    J’ai rejoint Interdata en 2017 en tant qu’ingénieur réseau sécurité.

    Vous souvenez-vous de vos premiers mois ?

    Je m’en souviens très bien ! J’ai quitté Aéroport de Paris un vendredi… pour les retrouver le lundi !

    En effet, mon premier projet chez Interdata a été de travailler sur la migration d’ADP : 18 semaines intenses constituées de 3 jours de préparation de la migration suivie de phases de migration de chaque aérogare tous les lundis de 22h à 5h.

    Quels sont vos rôles et missions au quotidien ? Pouvez-vous nous décrire une journée type ?

    Aujourd’hui, mon rôle est différent que lors de mon arrivée. Depuis 2 ans, je suis désormais ingénieur avant-vente. À ce poste, je porte 4 casquettes.

    Premièrement, c’est celle de l’accompagnement des commerciaux dans la prospection. J’interviens sur la partie technique, dans un rôle de conseil et d’architecte. Ma mission n’est plus d’intégrer, mais de concevoir : je cherche à évaluer les besoins des prospects et à émettre des stratégies pour y répondre. J’ai donc à la fois une casquette commerciale - il faut que je vende la solution - et technique.

    Car ma deuxième casquette est purement technique. Je dois établir des devis techniques et m’assurer de la compatibilité de chaque matériel proposé à la fois entre eux mais aussi avec l'environnement du client.

    Troisièmement, je dois répondre à des appels d'offres ou des demandes de devis dans lesquels on soutient une solution, une technologie ou encore une architecture. À cette étape, mon rôle n’est plus de concevoir, mais de proposer et justifier une solution auprès du client.

    Enfin, un dernier rôle est de faire des sessions de veille technique avec les clients. J’y expose les évolutions des équipements et les impacts potentiels sur leur architecture.

    Une journée va être rythmée par ces 4 rôles avec des proportions différentes en fonction de la période de l’année.

    En phase de prospection, la journée est quadrillée par des meetings dans lesquels on échange avec les clients pour évaluer leurs besoins. On passe ensuite à l’étape de stratégie, où l’on conçoit des documents de réponse technique et on négocie parfois avec les constructeurs.

    En général, nous répondons à de nombreux appels d’offres en fin d’année et avant la période estivale. Par exemple, en ce moment je suis dans une phase de réponse d’appel d'offres. La semaine dernière, j’ai fait beaucoup d’élaboration de devis pour des prospects et des clients.

    Vous avez changé de poste en 2020, pour quelles raisons ?

    Le métier d’ingénieur intégrateur réseau est très intéressant car on est confronté à une diversité de cas très importante.

    Là où chez le client l’architecture ne bouge pas (il y a des projets ponctuels tous les 5 ans), l’intégrateur travaille en permanence sur ces sujets. Il voit des architectures, des contraintes, des clients différents tous les mois ! C’est donc la meilleure école pour apprendre.

    Je suis resté 3 ans au poste d’ingénieur technique. Puis j’ai souhaité rejoindre l’équipe avant-vente du fait de ma fibre commerciale et pour retrouver des journées plus cadrées en horaire et ne plus travailler de nuit.

    Comment avez-vous été accompagné dans l'évolution de votre carrière ?

    La transition a été facile. J’en ai discuté avec mon responsable, qui a pu échanger avec le responsable technique puis le directeur général. Quand je suis arrivé chez Interdata, le pôle avant-vente n’existait pas. Les ingénieurs faisaient eux-mêmes ponctuellement de l’avant-vente. Donc je n’ai pas eu besoin de faire de formation avant de rejoindre ma nouvelle équipe.

    Quels sont les pré-requis pour évoluer d'un poste opérationnel à ingénieur avant-vente ?

    La passerelle entre le poste d’intégrateur et celui d’ingénieur avant-vente n’est pas forcément évidente. Il faut bien évidemment connaître les solutions, mais aussi avoir une appétence pour le côté commercial et stratégique.

    Quels conseils donneriez-vous aux personnes qui souhaiteraient rejoindre Interdata ?

    À un étudiant, mon conseil est d’oser. Il ne faut pas avoir peur des intégrateurs à taille humaine. De prime abord, le métier d’intégrateur peut effrayer mais chez Interdata on n’est jamais laissé seul. Pour apprendre les rouages du métier, Interdata nous permet de passer par du support ou d’être accompagné par les ingénieurs déjà en poste.

    À une personne déjà en poste et à la recherche d’une entreprise à taille humaine (nous sommes une petite centaine chez Interdata), mon conseil est pour vous d’avoir les connaissances réseaux préexistantes, mais surtout une volonté d’en apprendre sur de nouveaux constructeurs. En interne, on dispose d’une plateforme de formation faite notamment pour accompagner les nouveaux arrivants.

    Merci Thibault pour toutes ces informations !
    Vous avez une question pour Thibault ou pour l’équipe d’Interdata ?

    Contactez-nous

    Vous souhaitez faire partie de la famille Interdata ?

        Déposez votre candidature

    Cet article fait partie des catégories

    Actualités
    INT20001-image-support-service-manage

    Rejoignez-nous

    Découvrir

    DÉCOUVRIR LES ARTICLES DE LA MÊME CATÉGORIE

    21 octobre 2022

    4 minutes

    Actualités - Interdata fusionne avec Tenedis sous la même bannière

    En savoir plus
    FAQ : Qu’est-ce que la supervision des environnements IT hybrides ?

    22 juillet 2022

    4 minutes

    FAQ : Qu’est-ce que la supervision des environnements IT hybrides ?

    Les environnements IT hybrides sont en constante évolution. Ils combinent l’infrastructure sur site avec les t [...]
    En savoir plus
    La supervision IT, priorité absolue pour 54% des entreprises françaises

    22 juillet 2022

    4 minutes

    La supervision IT, priorité absolue pour 54% des entreprises françaises

    "Le Saviez-Vous ?" La supervision IT est devenue centrale dans la gouvernance des entreprises. L’essor du télé [...]
    En savoir plus

    Inscrivez-vous à la newsletter